Le 2iéme séminaire de l'observation des territoires transfrontaliers - Budapest, Hongrie, le 30 septembre 2014

 

 

Le 2ème séminaire sur l'observation

des territoires transfrontaliers

Budapest, le 30 septembre 2014

CONTEXTE

 

Le séminaire de Nancy (2012)

Un séminaire sur l'observation statistique des territoires transfrontaliers a été organisé en 2012 à Nancy par la Mission Opérationnelle Transfrontalière (MOT), la DATAR (Délégation interministérielle à l'Aménagement du Territoire et à l'Attractivité Régionale) et la FNAU (Fédération Nationale des Agences d'Urbanisme). Les différents organismes des pays représentés (la France, l'Allemagne, la Belgique, le Luxembourg et l'Italie) ont convenu de la mise en place d'un groupe de travail, chargé de l'harmonisation des données statistiques recueillies dans les régions transfrontalières.

 

Pourquoi l'observation statistique des territoires est importante ?

La cohésion territoriale de l'Union européenne et le développement du marché unique demandent l'ouverture des frontières internes et la suppression des obstacles juridiques et administratifs, ainsi que l'analyse précise, fondée sur des bases de données adéquates, du processus d'intégration.

Les statistiques territoriales et leurs méthodes relèvent de la compétence nationale, par conséquent la définition des unités territoriales administratives statistiques, ainsi que les périodes où les données sont relevées diffèrent d'un Etat à l'autre. Ces différences empêchent une meilleure compréhension des  processus territoriaux, économiques et sociétaux trans-européens, mais la difficulté la plus importante qu'elles causent concerne les régions frontalières où il serait nécessaire de mesurer les flux transfrontaliers.

Bien qu'Eurostat recueille des données des États membres (et de quelques autres États) suivant la même méthodologie,

  • les données recueillies auprès des États membres sont publiées avec du retard, et perdent ainsi de leur actualité ;
  • les unités territoriales décrites statistiques par ces données (NUTS 2 et NUTS 3) diffèrent des niveaux habituels de la coopération transfrontalière (LAU 1, LAU 2).

 

Dans l'intérêt d'une intégration économique renforcée et d'une coopération socio-culturelle plus forte, il est nécessaire d'assurer un meilleur accès aux bases de données et une harmonisation plus élevée des processus de collecte de données. Tout cela demande une coopération des institutions nationales de statistique et de planification.

 

Quel est l'objectif du séminaire ?

Le séminaire de Nancy a permis la rencontre des représentants de la France et des Etats voisins. La situation est très différente en Europe centrale et orientale: la taille moyenne des pays est plus petite (env. 75000  km2 ) qu'en Europe occidentale, le nombre des frontières est plus élevé, et le statut des frontières (y compris le rideau de fer) a empêché le travail des acteurs concernés et le développement régional pendant des décennies. Grâce à l'élargissement, de plus en plus d'anciens Etats communistes ont rejoint l'UE ce qui permet non seulement l'ouverture des frontières mais aussi le lancement de coopérations stratégiques. Celles-ci nécessitent une évaluation de la situation actuelle, impossible sans garantir l'accès à des données statistiques fiables et adéquates.

 

Les principaux objectifs du séminaire :

  • attirer l'attention des institutions (autorités nationales de planifications, instituts statistiques) et des décideurs (ministères) concernés en Europe centrale et orientale sur la nécessité de la coopération dans le domaine de la statistique territoriale ;
  • présenter les bonnes pratiques des statistiques territoriales transfrontalières d'Europe du Nord et de l'Ouest ;
  • identifier les cadres potentiels de coopération pour l'Europe centrale et pour les pays de l'est et de l'ouest.